Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Registre public des armoiries, drapeaux et insignes

L'utilisation du contenu du Registre public est réservée à des fins de recherche uniquement. Les emblèmes héraldiques du Registre ne peuvent être reproduits sous aucune forme ou par quelque procédé que ce soit sans l'autorisation écrite de l'Autorité héraldique du Canada et/ou du récipiendaire.

Jean-Daniel Lafond

Ottawa (Ontario)
Concession d’armoiries et de supports, avec brisures à Estelle Lafond, à Élise Lafond, à Éléonore Vinais, à Justine Vinais, et à Marie-Éden Lafond
le 20 mars 2008
Vol. V, p. 264

Cliquez sur l’image pour l’agrandir. Le blason et le symbolisme de chaque élément apparaîtront sous chacune des images agrandies.


Blason

Armoiries

D’azur au banyan arraché d’or;

Cimier

Une pleine lune d’or, un objectif de caméra d’azur enfoncé dans son œil dextre, le tout mouvant d’un zoetrope du même;

Supports

Deux chevaux-colombes d’azur et d’or, supportant chacun un bâton de marche d’or, debout sur un monticule herbeux du même;

Devise

L’HUMANITÉ POUR PATRIE;

Armoiries brisées de Estelle Lafond, fille de Jean-Daniel Lafond

Les armoiries de Jean-Daniel Lafond brisées d’un lambel à trois pendants d’argent du vivant de son père; cet individu héritera des armoiries du récipiendaire après son décès;

Armoiries brisées de Élise Lafond, fille de Jean-Daniel Lafond

Les armoiries de Jean-Daniel Lafond encloses dans une bordure d’or;

Armoiries brisées de Éléonore Vinais, petite-fille de Jean-Daniel Lafond

Les armoiries de Jean-Daniel Lafond encloses dans une bordure d’or et avec un lambel à trois pendants d’argent; cet individu héritera des armoiries de Élise Lafond, fille de Jean-Daniel Lafond, après son décès;

Armoiries brisées de Justine Vinais, petite-fille de Jean-Daniel Lafond

Les armoiries de Jean-Daniel Lafond encloses dans une bordure engrêlée d’or;

Armoiries brisées de Marie-Éden Lafond, fille de Jean-Daniel Lafond

Les armoiries de Jean-Daniel Lafond encloses dans une bordure componée d’azur et d’or;


Symbolisme

Armoiries

Le fond de l’écu est bleu et porte en son centre un banyan d’or. Le banyan, ou figuier des Banyans, est un arbre volumineux aux racines aériennes replongeant dans le sol en formant des troncs secondaires. Le banyan commence comme épiphyte d’un autre arbre, où un oiseau mangeur de figue dépose la graine. Il émet des racines aériennes depuis les branches, qui se développent en pleines tiges une fois qu’elles touchent terre, ce qui permet à l’arbre de se répandre dans un grand secteur. Il appartient au genre Ficus de la famille des Moracées. C’est une espèce voisine du figuier qui peut se développer en arbres géants pouvant couvrir plusieurs hectares. Il est originaire de l’Inde, du Pakistan et du Sri Lanka, mais a été aussi importé dans d’autres régions du monde. Le premier banyan des États-Unis a été planté par Thomas Alva Edison à Fort Myers en Floride. Le plus grand banyan est censé se trouver à Pune en Inde, sa circonférence mesurerait 800 m. Le banyan symbolise pour Monsieur Lafond l’essence même de l’homme qui doit s’adapter, s’y développer et s’enraciner dans son environnement. C’est également le symbole du travail et de la culture, de la persévérance, du dynamisme et de l’espoir.

Cimier

La figure du cimier est composée d’une lanterne magique et d’une lune. Les lanternes magique sont d’anciens jouets qui, les uns à la suite des autres, ont favorisé la réflexion et le progrès technique ayant mené à l’invention du cinéma à la fin du 19e siècle. Pour Monsieur Lafond, la lanterne magique représente l’art cinématographique dans tous ses états. Elle est aussi un symbole de lumière en tant que source d’inspiration et prémisse à la connaissance, et d’ultime ressource pour vaincre l’obscurité et l’ignorance. Cette lumière est la source de la connaissance et le moteur de la démarche philosophique selon Platon dans l’allégorie de la caverne (La République, livre VII). La lanterne magique évoque le travail du cinéaste qui transpose sa perception de la réalité dans ses films. Elle suggère l’idée que tout un chacun perçoit le monde différemment selon sa culture, son histoire et ses intérêts. La lune chargée d’un objectif de caméra évoque un photogramme bien connu du film Voyage dans la lune (1902), chef d’œuvre véritable d’illusions photographiques et d’innovations techniques, du français George Méliès (1861-1938). « Réalisateur visionnaire, génie des effets spéciaux, Méliès défie l’imagination en utilisant de multiples effets techniques, allant des illusions d’optiques aux surimpressions, effets de montage et effets de couleurs, arrêts de caméra, prestidigitation rien ne lui échappe. Mais George Méliès ne fut pas seulement l’inventeur du spectacle cinématographique et des trucages, il fut également homme de théâtre, dessinateur, peintre, caricaturiste, magicien, écrivain, acteur, technicien, réalisateur, créateur du premier studio de cinéma. »

Supports

Les chevaux-colombes sont composés d’un corps hybride d’un cheval et d’une colombe. Ils représentent pour Monsieur Lafond ses origines françaises (le cheval, animal de son enfance) et ses aspirations personnelles (la colombe, oiseau symbole de la paix). Ils supportent chacun un bâton. Ces deux bâtons représentent pour Monsieur Lafond les supports de la pensée et les outils de la connaissance nécessaire au philosophe dans sa quête de la vérité et de la connaissance. Ils renvoient à l’image de Socrate marchant dans l’obscurité, un bâton dans la main gauche pour assurer ses pas et une lanterne en main droite pour éclairer le chemin.

Devise

Sans objet

Armoiries brisées de Estelle Lafond, fille de Jean-Daniel Lafond

Le symbolisme de cet emblème est compris dans un ou plusieurs éléments de ce dossier.

Armoiries brisées de Élise Lafond, fille de Jean-Daniel Lafond

Le symbolisme de cet emblème est compris dans un ou plusieurs éléments de ce dossier.

Armoiries brisées de Éléonore Vinais, petite-fille de Jean-Daniel Lafond

Le symbolisme de cet emblème est compris dans un ou plusieurs éléments de ce dossier.

Armoiries brisées de Justine Vinais, petite-fille de Jean-Daniel Lafond

Le symbolisme de cet emblème est compris dans un ou plusieurs éléments de ce dossier.

Armoiries brisées de Marie-Éden Lafond, fille de Jean-Daniel Lafond

Le symbolisme de cet emblème est compris dans un ou plusieurs éléments de ce dossier.


Historique

Renseignements / Gazette du Canada

L'annonce des lettres patentes a été publiée en date du 22 novembre 2008 dans le volume 142, page 2983 de la Gazette du Canada.


Renseignements artistiques

Créateur(s)
Concept original de Robert D. Watt, héraut d’armes du Canada, et Claire Boudreau, héraut Saint Laurent, assisté par les hérauts de l’Autorité héraldique du Canada.

Artiste-peintre
Cathy Bursey-Sabourin

Calligraphe
Shirley Mangione


Renseignements / demandeur

Individuel

Une ou plusieurs autres pages du Registre est dédiée aux emblèmes de ce récipiendaire : Volume V, p. 440.